ma revue de presse journalière

20 janvier 2019

INQUIETANT !!!

20 Janvier 2019

Publié par El Diablo

PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE : va-t-on vers la fin de la progressivité de l’impôt et du quotient familial ?

PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE : va-t-on vers la fin de la progressivité de l’impôt et du quotient familial ?

Alors que le prélèvement à la source devient effectif en janvier 2019, la CGT Finances publiques réaffirme son opposition au projet. En l’espèce, cette dernière craint qu’à terme, le prélèvement à la source ne soit qu’une étape vers la fusion CSG/IR (impôt sur le revenu), supprimant la progressivité de l’impôt et le quotient familial.

Posté par ALLIENORD à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Super !!!

Les Gueux


Par Thomas Gaëtan − Source Youtube

 

Posté par ALLIENORD à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ce qui se passe ailleurs =

Nouveaux sur notre site http://bolivarinfos.over-blog.com

En page d’accueil:
1)Venezuela : Le Président Nicolás Maduro rencontre des ambassadeurs de l'Union Européenne, un article de Telesur du 18 janvier 2019 traduit par Françoise Lopez.En toute logique, nous devons pouvoir en déduire que la France reconnaît la légitimité du président Maduro. attendons la suite… c’est presque trop beau pour être vrai…
2)Amérique Latine : Luis Almagro, l'agent secret de la CIA, un article d’Arthur Gonzalez (El Heraldo Cubao)  du 29 novembre 2018 traduit par Françoise Lopez. Un excellent article qui reprend tout le parcours de Luis Almagro et aide à comprendre bien des choses…A lire absolument.
3)Nicaragua :« Un viol de la Charte de l’OEA », un entretien de Maurice Lemoine avec le chancelier du Nicaragua, Denis Moncada. Très intéressant: bonnes questions et réponses claires et pertinentes. A lire absolument.
4)Cuba: La loi Helms-Burton a pour but d’instaurer un régime du goût de Washington, un article de Telesur du 18 janvier 2019.
5)Cuba-États-Unis : Le chapitre III de la Loi Helms Burton, un chantage grossier, un article de Telesur du 18 janvier 2019.
A propos de la Loi Helms Burton, il me semblait que nous l’avions traduite en français il y a bien des années déjà mais je ne la retrouve pas. Si parmi vous quelqu’un l’a archivée, transmettez-la moi, ce serait intéressant de pouvoir la remettre en ligne  au moment où Trump menace d’activer le chapitre III…
Bonne lecture à tous,
Françoise Lopez

Posté par ALLIENORD à 16:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Excellent !!!

20 Janvier 2019

Publié par El Diablo

Le PAON, l'AUTRUCHE et les POULETS - Par Élodie Poux

Le PAON, l'AUTRUCHE et les POULETS - Par Élodie Poux

Le paon, l’autruche et les poulets

Par Élodie Poux

Il y avait une fois en royaume de France
Évoluant aux côtés de ses contemporains
Un banquier jouvenceau oui mais plein d’élégance
Qui de son beau pays se rêvait souverain.

Son air benjamin, informel, bien élevé
Plaisait aux citoyens, par la vieillesse lassée
Sa rhétorique désuète et puis tantôt farceuse
Ravissait fort les nobles, et flattait bien la gueuse.

Et si jeune notre homme ne l’était qu’à moitié,
Il faut savoir qu’usée, certes, était sa moitié
Car se voulant moderne ne prenant point maîtresse
Il épousa la sienne malgré sa vieillesse.

Mais même si la valeur n’attend point les années
Et bien qu’ le jeune banquier ait la gouaille bien aisée
On ne s’improvise point chef d’un grand État
Et bientôt cet enfant, cet angelot remarqua
Que d’un noble ignorant c’est la robe qu’on salue
On n’ l’admira bientôt que d’un étron pas plus.

Après l’avoir léché ils le lâchent puis le lynchent
Comme font les hommes souvent gâtés comme des enfants
Jupiter bientôt n’eût pas plus à leurs yeux
que l’aspect fatigué d’une simple corde à nœuds.

Mais le jeune banquier, sûr de lui, plein de frime
Pour continuer de plaire à ses chers richissimes
Pressa la populace tant et tant comme citrons
Qu’elle en prit la couleur aussi celle des mignons
Le jeune freluquet tout à ses réjouissances
Ne remarquât même pas la moindre différence.

Heureux dans son palais, il est loin du tracas
Sa mégère dépensant son or à tour de bras
Rien n’est pour elle trop beau : vaisselle, tissus, bibelots
Le peuple avait bien faim, elle leur tournait le dos.

Ils s’offrirent mieux encore, les rois des animaux
Des daims, ils les appellent ho seigneur qu’ils sont beaux.

Et pendant que le peuple assemblé dans les rues
vers son précieux palais plein de rage se rue
Notre jeune banquier à l’égo invincible
Qui de la bourse des pauvres s’était fait une cible
Refuse encore d’entendre le grondement sonore
Comme celui d’une rivière quand de son lit elle sort
Aucun barrage n’y fait si elle est bien dehors.

Et les poussins alors se mettent à crier
Empêchant les puissants dans leur couche de ronfler
Mon roi faites les taire, par pitié muselez-les
Ils meurent de faim, ils crient, et nos nuits sont gâchées.
Ho sir ! regardez-les, leur piètre éducation
Ne leur sert même pas à crever sans un son
Mourrez chichement, dites et mettez la sourdine
Leur râle lorsqu’ils trépassent est une porte qui couine
Ils sont las, ils se tordent, comme ils sont ridicules
Ces illettrés ignobles dans la boue gesticulent.

Mes amis n’ayez crainte leur répond le rusé
ils leur arrivent parfois un peu fort d’aboyer
Mais ils sont mes moutons, mes agneaux mon troupeau
Ils finiront d’eux-mêmes par rentrer bien au chaud.

Mais voici maintenant qu’ils retournent les carrosses
Et détruisent nos maisons, deviendraient-ils féroces ?

Alors le grand seigneur dans une allocution
Le dos droit bien tendu comme une institution
Les deux mains pleines de doigts bien à plat sur la table
Leur jeta quelques miettes avec un air aimable
Croyant en faisant taire leur petit estomac
Calmer aussi la rage dans leur cœur scélérat.

Je ne vous ai pas compris, je ne vous écoutais point
Récita-t-il au peuple qui serrait les poings
A renard endormi rien ne tombe dans la gueule
Retournez au labeur je vous trouve bien veules
Ha vous aimez la rose ? Supportez en l’épine
Mais ne troublez donc point la quiétude citadine
Dans notre ordre social chacun reste à sa place
Vous voulez en changer ? Je vous ris à la face
Cassez, cassez, cassez et nous reconstruirons
Et je vous répondrais d’ la bouche de mes canons.

Vous voulez un discours ? Je peux en écrire cent
Je peux même faire en sorte que vous m’aimiez quand j’ ment
Je vous endormirai à grand coup d’entourloupes
Car c’est toute une armée que je garde sous ma coupe
Vous vous fatiguerez et rentrerez aux champs
Bien avant que je tremble pauvres petites gens.

Il est vrai que le paon peut oser faire l’autruche
Se pavaner gaîment tout en gâtant sa cruche
Mais si un jour lassée comme le peuple citron
Son armée de poulets abandonne le patron.

Alors le jeune souverain saura, bien entendu,
qu’même sur un trône en or, on est bien qu’sur son cul
L’injustice est une graine que plantent les puissants
Et qui pousse sans peine dans les yeux d’ leurs enfants
Elle leur apprend la haine et à serrer les dents
Elle leur fournit le bois, le manche et même la lame
Elle fait durcir leurs muscles et dévore leurs âmes.

S’ils perdent des batailles
Ils reviennent à la charge
On les traite en racaille
On s’étonne qu’ils enragent ?

Donnez-leur le bâton
Ils relèvent le menton
Opposez leur des chars
Ils reviennent plus tard.

Ils se tairont dix ans, vingt ans, trente ans, peut-être
Mais toujours la révolte finit par renaître
Regardez en arrière dans notre propre histoire
Car c’est là que se cachent les leçons et l’espoir.

 

Posté par ALLIENORD à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Intéressant =

20 Janvier 2019

Publié par El Diablo

L'ACTE 10 des GILETS JAUNES : le point sur les rassemblements et paroles de manifestants

photo d'illustration

Pour ce nouveau samedi de mobilisation des gilets jaunes, les manifestants se sont rassemblés dans de nombreuses villes de France

 

Pour ce nouveau samedi de mobilisation des gilets jaunes, rassemblements et défilés ont éte organisés dans plusieurs villes en France. franceinfo fait le point sur la mobilisation, région par région.

 

Auvergne-Rhône-Alpes

Au moins 600 personnes ont rejoint le défilé à Saint-Étienne (Loire), selon France Bleu Saint-Étienne Loire.

À Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), les "gilets jaunes" se sont arrêtés devant la permanence de la députée LREM Valérie Thomas et l'ont tapissée de jaune. Tout se passe dans le calme grâce au service d’ordre, d'après les informations de France Bleu Pays d'Auvergne.

À Valence, dans la Drôme, ils sont 2 000 à manifester.

À Grenoble (Isère), entre 2 000 et 2 500 "gilets jaunes" défilent dans le centre-ville, contre 1 500 la semaine dernière. La manifestation n'est pas déclarée.

À la Tour-du-Pin (Isère), un groupe des "gilets jaunes" est conduit par un cheval en tête de cortège.

 

Bourgogne Franche-Comté

À  Belfort, les "gilets jaunes" se sont réunis sur un parking avant de partir défiler dans la ville vers 14h30. Ils sont plus de 1 000 selon France Bleu Belfort-Montbéliard. Cette mobilisation est interrégionale, des Alsaciens notamment font partie du cortège. Une manifestation interdite vendredi par la préfecture du Territoire de Belfort. Le cortège s'est dispersé vers 17h15. Pour la petite histoire, un journaliste de France Bleu Alsace présent sur place a filmé la demande en mariage d'un manifestant à sa compagne.

 

Bretagne

Rennes (Ille-et-Vilaine), des échauffourées ont éclaté entre manifestants et forces de l'ordre place de la République, non loin de l'Hôtel de ville. Deux policiers ont été légèrement blessés, des affrontements ont lieu autour de l'esplanade Charles de Gaulle, après de grosse tensions rue d'Orléans (des personnes cassaient des blocs de béton pour les jeter sur des CRS) selon le reporter de France Bleu Armorique sur place. Par ailleurs, une manifestante "gilet jaune" a fait un malaise après une charge de CRS. Elle a été prise en charge par les pompiers et transportée à l'hôpital.

 

Les manifestants étaient un peu moins d'un millier selon le journaliste de France Bleu sur place. Ils ont mené une opération escargot et investi différents secteurs de la ville, notamment les abords du Roazhon Park et la place de la République, à proximité de la mairie, où ont eu lieu les échauffourées.

 

[…]

LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :

capture d'écran RT France

PAROLES DE GILETS JAUNES

 VOIR LE LIEN CI-DESSOUS:

Posté par ALLIENORD à 15:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un excellent article =

Gilets Jaunes : Proposition pour aller plus loin


Par Daniel Vanhove – Le 16 janvier 2019

Résultat de recherche d'images pour "gilets jaunes rt.com"
Dans les périodes troublées, comment garder un minimum de sens critique et de recul afin d’analyser et tenter de comprendre ce qui se passe ? La vigilance qui déjà en temps ordinaire doit être de chaque instant particulièrement dès qu’il s’agit de la chose politique, doit être encore plus vive, et il faut se rappeler que le présent est souvent – toujours ? – le résultat de décisions antérieures. Il convient donc de questionner ce qui s’est déroulé en amont pour en arriver à comprendre la situation actuelle.


Dans cet ordre d’idées, il faudrait revenir à la dernière campagne pour l’élection présidentielle de mai 2017, et voir à quel point les Français ont été soumis par les médias dominants au chantage habituel entre le FN représenté par Marine Le Pen et son opposant. Face à la peste il n’y avait qu’une option : un jeune cadre dynamique, bon chic bon genre, dont l’énergie débordante masquait l’inanité du programme, mais présenté comme garant des valeurs « démocratiques ». Et des ténors de tous horizons et conditions, sont montés au créneau, pensant en cela accomplir leur devoir citoyen : « Tout sauf l’extrême-droite ! » nous ont-ils ânonné en boucle. Pauvres niais… encore à croire que le « vote utile » était signe de conscience politique.

Le ton était donné : toutes celles et ceux qui ne se mettraient pas « En marche »derrière le sémillant pupille de la banque Rothschild seraient soupçonnés d’appartenance à l’infréquentable mouvance brune d’extrême-droite. Comme lors de l’élection massive [plus de 80%] pour J. Chirac au second tour en 2002 contre J-M. Le Pen, de nombreux électeurs se sont précipités pour élire E. Macron contre sa rivale, présentée aux Français comme l’épouvantail de service. Quelle aubaine, finalement cette famille Le Pen ! Désormais, les électeurs ne votent plus « pour » un candidat et son programme, ils votent « contre » un autre, souvent le même d’ailleurs. D’où, l’augmentation de l’abstention et de votes blancs – ouf ! – que les tenants du pouvoir s’empressent… d’ignorer.

Ainsi, une majorité de Français a voulu tourner le dos à l’extrême-droite, votant pour un candidat issu du PS – et des milieux financiers… non, il n’y a pas d’oxymore, c’est la nouvelle « gôôche » paraît-il – mais se déclarant « ni de gauche ni de droite »… et elle a eu un président dont les déclarations, actions et manœuvres depuis son accession à la fonction, ainsi que celles de son équipe, sont plus répressives les unes que les autres, ne laissant planer aucun doute quant à l’inclinaison pour une droite… extrême. Quand il est dit qu’il faut préférer l’original à la copie, cherchez l’erreur !

Faut-il s’étonner dès lors, du « Mouvement des Gilets Jaunes » ! Comme exprimé dans mes précédents billets, ce mouvement me paraît non seulement légitime, mais il faut s’étonner qu’il n’ait pas émergé plus tôt, vu les multiples trahisons que les citoyens ont essuyé de la part des élus. Et il faut espérer que le mouvement continuera, allant même en amplification tant que le changement en profondeur d’une structure d’État obsolète et du « système » ne sera pas envisagé.

À cet effet, de nombreux GJ ou sympathisants du mouvement interpellent l’appareil d’Ètat et ses représentants divers, leur demandant : « Quand donc allez-vous comprendre ?!? »

Je pense que c’est là une question erronée et qu’il ne faut pas se méprendre : les tenants du pouvoir ont très bien compris ce dont il est question. Mais, simplement ils ne veulent rien entendre ! Parce qu’il s’agit de privilèges que ces gens-là ne veulent pas voir remis en question et encore moins, partager – n’est qu’à voir le blocage sur l’ISF. Et ils sont déterminés à utiliser tous les moyens pour les préserver, y compris la force, les menaces, et la panoplie de procédés violents qui relèvent de méthodes fascistes – plus de 10 morts et des milliers de blessés, dont certains resteront handicapés à vie – allant même comme Mme. Bergé à saisir la justice à l’encontre du journaliste Juan Branco l’accusant « d’armer les esprits » par ses propos. « Armer les esprits » … faut en avoir un bien tordu pour trouver la formule ! Puis, les mêmes viendront se vanter sans sourciller de la « liberté d’expression » – quand il s’agit de « Charlie » et de clouer le bec aux musulmans qui se sont indignés des caricatures qui les méprisaient – garante des « valeurs démocratiques » du pays !

La France en est là ! Et il faut le voir, bien en face.

Quand Fr. Fillon alors 1er ministre de N. Sarkozy déclarait que « la France était en faillite », il ne croyait pas si bien dire. Sauf qu’il se trompait – volontairement ? – de cible : c’est de faillite politique dont il s’agit. Le pays n’ayant jamais été aussi riche, avec un PIB en constante croissance depuis des décennies.

Une majorité de médias dominants flanqués de leurs « éditocrates » hautains, a moqué des années durant les pratiques de certaines républiques bananières, comme elle aimait les qualifier. Ces médias – inaudibles, non fiables et d’ailleurs en perte constante d’audimat – pourront désormais constater que loin de s’en démarquer, le gouvernement français utilise les mêmes procédés dès qu’il s’agit de protéger ses plus nantis. Certains d’entre eux n’hésitant pas à encourager les forces de l’ordre « à tirer dans le tas » comme le proposait L. Ferry lors de son passage chez G. Durand sur Radio Classique… et dont aucune voix de la caste n’est venue condamner les propos y compris Mme. Bergé, frappée d’aphonie pour le coup. Qu’en eut-il été si ces propos avaient été tenus par un GJ, un « basané » ou un habitant « des quartiers » !…

De nombreux intervenants s’étonnent de pratiques d’une violence inouïe des forces de l’ordre lors des manifestations des GJ… Ils ignorent sans doute que ces pratiques musclées sont calquées sur le régime israélien, expert en la matière dans ses méthodes de répression à l’encontre de la population palestinienne et bien implanté en France, particulièrement dans la sphère politico-médiatique. Ceci pourrait en partie expliquer cela. Aux dernières nouvelles, lors de l’acte IX du samedi 12.01 dernier, certains CRS étaient équipés de fusils d’assaut automatiques (HK G36). Une première, lors de manifestations citoyennes… qui présage d’un durcissement de l’appareil d’État qui n’entend rien céder sur l’essentiel.

Des sources bien informées indiquent que l’un des actuels conseillers favoris du président Macron n’est autre que N. Sarkozy… « Ni de gauche ni de droite » affirmait-il… De fait, mais de la caste des voyous ! Voyez donc ces cols-blancs qui se sont hissés aux plus hautes fonctions : les Sarkozy ; Woerth ; Cahuzac ; Balkany ; Strauss-Kahn ; Guéant ; Solère ; Urvoas ; Fillon ; Désir ; Juppé ; Gaudin ; Ferry… et j’en passe ! … Ces donneurs de leçons qui, imbus de leur pouvoir et trop contents de l’exercer s’empressent d’envoyer quelque citoyen derrière les barreaux pour un vol à l’étalage, quelques grammes de shit ou un PV non payé, quand ce n’est pas pour aide aux migrants… Les électeurs vont-ils enfin ouvrir les yeux sur ceux qu’ils portent aux plus hautes fonctions !

Dans de nombreuses professions, une faute grave ou de déontologie est sanctionnée et vous met à l’écart. Que ce soit en tant que médecin, avocat, professeur, … A l’inverse, quand vous faites de la politique et devriez donc être exemplaire, tous les abus semblent permis. Combien de ceux-là ne sont pas empêtrés dans des affaires de corruption, de détournements, de magouilles, de pots-de-vin, de faux et usage de faux, … sans qu’ils soient sanctionnés à hauteur des faits et sans les écarter de manière définitive de la fonction ? Là aussi, cherchez l’erreur !

Venons-en donc au cœur du problème : le fait est, que ni Macron ni son successeur s’il devait être désigné par ces mêmes médias qui nous l’ont vendu, ne pourront poursuivre les réformes envisagées, tant elles sont le fruit de décisions prises par l’Union européenne dont les citoyens ne veulent plus ! Et c’est bien-là que se trouve l’épicentre des problèmes rencontrés par les populations des différents pays européens. Dès lors, puisque les gouvernements nationaux sont désormais contraints d’appliquer les Traités européens, il faut s’en prendre à cette construction bancale qui ne contente personne, hormis le petit cercle de nababs qui en profitent.

Aucun pays appartenant à la zone euro ne peut piloter sa politique nationale de manière indépendante comme c’était le cas auparavant. Les normes européennes ont définitivement lié les pays qui composent l’UE dans un carcan de Traités et de Directives qui leur ôtent toute souveraineté.

En saine « démocratie », il revient aux citoyens d’exprimer si ces normes leur conviennent ou pas, sachant que c’est à Bruxelles qu’il faudra aller en masse pour manifester leur refus de l’UE telle qu’on leur impose. Les GJ de tous pays n’obtiendront rien de substantiel en se cantonnant à manifester dans leurs villes et pays. Ils devront intégrer cette notion et se rendre à l’évidence : leurs gouvernements nationaux sont pieds et poings liés par les Traités signés. L’exemple de la sortie de la Grande-Bretagne aux forceps illustre combien ces Traités sont une véritable cage qui emprisonne les États et leur population aux règles et dictats européens qui ne se soucient pas des citoyens mais n’ont comme seuls objectifs, de les faire travailler pour le plus grand bénéfice de quelques fortunés qui sont parvenus à imposer la privatisation de tous les pans de la société et à jongler avec leurs capitaux dorénavant « libres de circuler » selon cette UE qui malmène ses peuples. Les pouvoirs nationaux ont été lentement mais assurément transférés à l’Europe. Et c’est donc bien contre cette Europe inéquitable qu’il faut concentrer les efforts de contestation et d’opposition. C’est-là que se situe le pouvoir. Et c’est ce dernier qu’il convient de renverser. Le « Grand débat national » lancé par le président français et son équipe n’est qu’une tentative de gagner du temps et tenter de calmer les esprits. Il n’en sortira rien d’essentiel. Les Macron et autres figurants ne sont à leurs postes que pour exécuter les directives européennes. Ce sont des marionnettes qui se gonflent d’importance à mesure qu’elles la perdent, rien de plus.

Dans la foulée, quand les citoyens auront compris et intégré cette notion et qu’ils voudront pousser plus loin la réforme indispensable du système actuel tant décrié pour ses injustices, c’est au niveau des alliances qu’il faudra repenser les choses. Je lis et entends beaucoup de citoyens déboussolés, voire apeurés par la perspective d’une UE qui se déliterait. Ceux-là n’ont d’autre argument que celui répété par la propagande européiste qu’un repli sur soi – chaque État retrouvant sa souveraineté nationale – nous livrerait aux défis des grandes puissances que sont les USA et les BRICS. Avec cette idée désormais répandue qu’il faut être grand pour être puissant sur la scène économique et financière. La Suisse et Singapour en sont de brillants exemples…

La nature ayant horreur du vide, en tant qu’Européens, nous n’avons que trop attendu pour travailler avec la Russie réformée. Nos élus gardent les réflexes américano-primaires d’une détestation du communisme soviétique qui n’a pourtant plus cours. Les décisions d’appliquer les sanctions et mesures de rétorsion dictées par le gouvernement américain nous ont déjà coûté très cher – plusieurs dizaines de milliards d’euros ! – et se révèlent inopérantes contre un État tel que la Russie – 4è partenaire économique avec l’UE il y a quelques années – qui a de son côté et en réaction, noué des alliances intelligentes avec l’Asie, nouveau centre économique et financier mondial.

Comme je le dis souvent, à terme la géographie a toujours le dernier mot sur l’Histoire, et nous indique que nous devons absolument nous tourner vers la Russie, porte d’accès vers l’Asie dont le continent auquel nous appartenons nous lie. Nous sommes partie-prenante de l’Eurasie, et les alliances par-delà les 6000km d’océan atlantique avec l’Amérique du Nord ont quelque chose d’artificiel et « contre-nature ».

Dans la même perspective, nous pourrions aussi démanteler l’OTAN qui ne fait qu’entretenir des guerres extérieures ruineuses pour nos États mais rentables pour les marchands d’armes, sans parler des drames qu’elles infligent à des populations qui, à juste titre, finissent par détester tout ce qui vient d’occident et entretiennent parfois des plans pour s’en venger, par n’importe quel moyen.

Nous avons donc toutes les possibilités de créer une autre Europe que celle improbable, que nous voyons se déliter sous nos yeux. Il est urgent d’y réfléchir, de défaire la construction européenne existante et ses alliances mortifères au profit de nouveaux choix dans le sens du continent Eurasiatique dont nous sommes citoyens.

Daniel Vanhove

Posté par ALLIENORD à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sans doute plus , à suivre =

20 Janvier 2019

Publié par El Diablo

ACTE 10 : 147 000 GILETS JAUNES dans les rues de France samedi 19 janvier

ACTE 10 : 147 000 GILETS JAUNES dans les rues de France samedi 19 janvier
La Une de La Dépêche Dimanche du 20 janvier 2019

La Une de La Dépêche Dimanche du 20 janvier 2019

VU sur la page Facebook : « LE NOMBRE JAUNE » :

Notre décompte définitif du samedi 19 janvier 2019 :
147 365 manifestants (minimum) dans les rues.


Certaines localités, villes n’y sont pas ou ne sont pas chiffrées, par manque d’informations et référents locaux (n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez nous aider).

Nous avons passé la nuit et la matinée à affiner et recouper tous les chiffres qui nous parvenaient. Lorsqu'il y avait un doute, nous avons pris les valeurs basses pour éviter les exagérations. 

Le détail ville par ville va suivre, et le détail sourcé sera consultable dans notre groupe Facebook :
https://www.facebook.com/groups/478289132699442/

Rubrique « Fichiers ».

Nous vous invitons à le parcourir et réagir. Invitations toutes particulières pour le ministère de l’Intérieur, le syndicat France Police - Policiers en Colère ou encore Occurrence, nous serons ravis d’échanger avec eux et une fois leur détail fourni, de comparer avec leurs sources exploitables.

SOURCE:

Posté par ALLIENORD à 15:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2019

Ce qui se passe ailleurs =

Nouveaux sur notre site  http://bolivarinfos.over-blog.com

En page d’accueil:
1)Venezuela : Jorge Arreaza dénonce devant l'ONU la prétention des Etats-Unis d'organiser un coup d'Etat au Venezuela , un article du Resumen Latinoamericano du 17 janvier 2019 traduit par Françoise Lopez.
2)Venezuela : L'éternelle double position du Gouvernement uruguayen , un article du Resumen Latinoamericano du 14 janvier 2019 traduit par Françoise Lopez. Très intéressant pour comprendre les positions des abstentionnistes.
3) Venezuela : Bolsonaro soutient la politique putschiste contre le Venezuela , un article de Telesur du 17 janvier 2019 traduit par Françoise Lopez.
4)Cuba : Les Etats-Unis menacent d’activer le Titre III de la Loi Helms Burton, un communiqué du Ministère des Relations Extérieures de Cuba publié par Granma en français. Une menace à prendre très au sérieux. A suivre…
5)Amérique Latine : Quand on veut noyer l’ALBA, on l’accuse d’avoir la rage, un article de Maurice Lemoine du 18 janvier 2019. Très intéressant…
Bonne lecture à tous,
 Françoise Lopez.

Posté par ALLIENORD à 17:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Instructif !!!

Washington D.C. : le cirque arrive en ville


Par James Howard Kunstler – Le 4 janvier 2018 – Source kunstler.com

James Howard KunstlerC’est le sourire de Nancy Pelosi qui m’émeut… oh, mais pas dans le bon sens. C’est un sourire qui est en réalité l’opposé de ce qu’un sourire est censé faire : signaler la bonne volonté et la bonne foi. Le sourire de Nancy est plein de malice et de mauvaise foi, comme les sourires des représentations de Shiva le Destructeur et de Huitzilopochtli, le dieu aztèque du soleil qui exigeait des milliers de cœurs humains à dévorer, sinon il provoquerait la fin du monde

Résultat de recherche d'images pour "Nancy Pelosi images"

 

Ce n’est pas exactement la fin du monde à Washington D.C., mais comme le dit le vieil adage : vous pouvez en voir une idée à partir d’ici ! Elle est à la périphérie de la ville, comme l’un de ces sinistres cirques délabrés, sorti tout droit du recueil de contes de Ray Bradbury, avec son groupe hétéroclite de lions hirsutes aux crinières bouffées aux mites, ses acrobaties boiteuses, ses épaves de wagons pleines de monstres désespérés et son maître ombrageux venu en mission depuis le cœur des ténèbres.

Le nouveau congrès de la majorité démocrate s’est réuni avec l’esprit d’une secte religieuse vouée à un seul objectif apocalyptique : renverser le Golem d’or de la grandeur qui règne dans la Maison du privilège blanc. Ils sont tous prêts pour l’inquisition et cherchent à utiliser autant de clous et de marteaux, de piques à bestiaux, d’électrodes, de baignoires et d’éclats de bambou que nécessaire pour rectifier l’héritage de l’élection de 2016.

Le membre du Congrès californien Brad Sherman (Démocrate 30e district) ne pouvait contenir son bonheur, comme un garçon de sept ans sur le point d’arracher les ailes d’une mouche. Dès que la majorité démocrate a été assermentée, il a déposé ses actes de destitution pour impressionner ses électeurs de Wokester San Fernando Valley en manque du sang des Déplorables. C’était même un peu trop pour Madame la Présidente, qui a rappelé à Sherman qu’il était nécessaire de disposer au moins d’une petite étincelle de crime – mais que celle-ci serait certainement disponible lorsque l’avocat spécial Robert Mueller aura jeté ses accusations depuis le haut.

Quant à leur proie, le Golem d’or de la grandeur, alias D.J. Trump, je ne suis pas convaincu qu’il est un simple petit voleur de pacotille malchanceux qui attend d’être coupé en tranches ou en dés pour garnir des brochettes. Après tout, il est POTUS et a accès à pas mal d’informations et d’expertise. Il va bientôt avoir à son bord un nouveau procureur général, William Barr, qui pourrait poser la question suspendue dans les airs comme un zeppelin palpitant depuis deux ans, à savoir : M. Mueller a-t-il même jeté un coup d’œil sur les manigances qui se sont passées autour de lui au sein du ministère de la Justice et du FBI au cours de ces nombreux mois de poursuites contre les factotums de Trump sur des accusations branlantes improvisées ? Est-ce que toute ces combines bidon consistant à politiser les agences et à vouloir destituer M. Trump pourraient même devenir une simple note de bas de page dans le saint Graal du rapport Mueller tant attendu par les inquisiteurs ?

Il serait juste et logique que M. Mueller ait porté son attention sur la faute des plus hauts responsables du DOJ et du FBI à partir de l’hiver 2016, car il existe, dans des documents publics, une piste de preuves aussi large que le périphérique de Washington D.C. Peut-être que M. Mueller surprendra bon nombre d’entre nous et inclura dans son rapport les méfaits déjà documentés de ses protégés, M. Comey ; M. Strzok ; Mme Page ; M. Rosenstein ; M. McCabe ; M. Ohr ; Mme Ohr ; M. Brennan ; M. Clapper ; Mme Lynch ; Mme Yates et divers employés des services d’Obama et de Clinton, impliqués dans la tentative de coup d’État sponsorisé par le gouvernement. Ils devront finalement répondre à quelqu’un. Je pense que ce sera M. Barr, qui aura enfin le pouvoir de déclencher une contre-inquisition.

Il est important de régler ces questions correctement si vous souhaitez conserver la Constitution. Sous Jeff Sessions, la pourriture institutionnelle s’est transformée en une gangrène potentiellement fatale. Certaines parties ont-elles voulu envoyer des lampistes en prison pour quelques semaines ? Comme George Papadopoulos, ou détruire, diffamer et ruiner le général Flynn sous le coup d’une poursuite délibérément malveillante ? – parce que c’était tout ce qu’elles avaient à montrer après deux ans d’enquête passées à soulever chaque pierre ou branche pourrie entre le fleuve Potomac et le Kremlin. M. Mueller a-t-il même remarqué le fait établi que Hillary Clinton a fourni à l’inquisition sa preuve fondatrice, un faux document ?

Alors, laissons commencer le cirque sur Capitol Hill. Laissons-les donner un coup de pied dans la fourmilière, comme on disait à l’époque de Woodstock. Laissons Nancy Pelosi terminer le travail entamé par le parti démocrate avec l’élection de 2016 – sa propre destruction en tant que force politique viable. Extirpez les ténèbres et la malice pour que le pays retrouve ses esprits et commence à prêter attention aux choses qui importent vraiment, avec le soutien d’institutions auxquelles les gens de bonne foi peuvent croire.

James Howard Kunstler

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

Posté par ALLIENORD à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Très bon article =

Les “Droits de l’Homme” se meurent, Vive “le Sécuritaire”!

Publié le 19 janvier 2019 par frico-racing

Vers les 500 abonnés, pour ne rien rater, abonnez vous à mon blog (gratuit) newsletter en bas de page à droite...

Les “Droits de l’Homme” se meurent, Vive “le Sécuritaire”!

Par 

Dès que les guerres coloniales ont cessé avec la victoire des mouvements de libération, après que les troupes nord-américaines aient été jetées hors du Vietnam, les idéologues au service des dominants, suivis avec enthousiasme par leurs États, ont “redécouvert” les Droits de l’Homme en les instrumentalisant contre le communisme et les carences démocratiques des États qui l’incarnaient. Tournant la page des tortures et des massacres pratiquées dans les ex-colonies et au Vietnam, les puissances occidentales sont passées à l’offensive, sans le moindre complexe, au nom de “La Liberté”, dont elles se sont proclamées les champions !

Durant plusieurs décennies, toute la vie politique était passée au crible des droits de l’Homme : devenaient indignes ceux qui ne s’alignaient pas sur l’hypocrisie et les impostures des puissants dont l’indifférence à la misère du monde demeurait néanmoins parfaitement stable.

Depuis peu, un nouveau virage a été pris. La question des droits de l’Homme n’est plus prioritaire; elle est renvoyée dans les “poubelles de l’Histoire” occidentale – d’autres impostures ont débuté -.

Pourquoi le “sécuritaire” a pris la place des Droits de l’Homme, l’État “fort” et non plus la Démocratie et la glorification de la “société civile” et des ONG ? Parce que le terrorisme des fascistes “islamistes” a donné l’occasion de virer de bord en justifiant un autoritarisme grandissant : le “cadeau” politique des islamistes avec lesquels les États-Unis ont été longtemps très complaisants permet à l’Occident de, à nouveau, se présenter comme défenseur de la Civilisation, et de l’identité nationale contre toutes les menaces, y compris celles qui n’ont rien à voir avec l’Islam, c’est-à-dire les Russes, les Chinois, les Vénézuéliens, les Boliviens, etc …

C’est que l’État occidental, pour assurer la défense et la promotion du capitalisme financiarisé, a besoin de se préparer, non pas à un renouveau terroriste lié à l’arrivée des migrants, mais à d’éventuels mouvements populaires contestant enfin un chômage de masse, une précarité généralisée, la liquidation des services publics et de la protection sociale, une déprédation culturelle, une perte de sens de toutes les activités humaines autre que celui de la recherche de l’argent.

Parmi les responsables de cette réorientation, il y a évidemment les milieux d’affaires pour qui la question des droits de l’Homme est une aimable “plaisanterie”, handicapant la conclusion de contrats juteux, par exemple avec l’Arabie Saoudite ! Ce petit monde du profit est favorable à une oligarchie sur laquelle on peut peser facilement : le pouvoir décisionnel s’est partout concentré, comme le pouvoir financier, aux États-Unis et en Europe – le macronisme en est une illustration parmi d’autres, chaque pays ayant son “style” : le néofascisme italien n’est pas celui de la Hongrie ou de la Pologne, la droitisation de l’Autriche ou de la Tchéquie est très différente du “Trumpisme” à l’américaine !

Mais partout on invente les “ennemis” indispensables, de l’intérieur et de l’extérieur, on prépare les opinions aux mesures répressives (violences policières, perquisitions abusives, manifestations et grèves dénoncées, etc.) – De nouvelles lois répressives sont adoptées. L’étape de la “post-démocratie” débute. Les pouvoirs utilisent la peur pour gouverner conformément à une vieille tradition, périodiquement rajeunie.

Mais le racisme, la xénophobie, l’instrumentalisation des différences sexuelles, le sectarisme religieux, sont toujours des outils “utilisables” …

Outre les milieux d’affaires et les partis conservateurs (de droite “républicaine” ou extrême), la responsabilité de cette dévastation sociale est la social-démocratie. Il n’y a peu d’années, toute l’Europe ou presque était entre les mains des partis “socialistes”; Obama président des États-Unis. Rien n’a vraiment changé pour la plus grande désolation des couches populaires !

Dans l’ordre international, le grand jeu de l’argent-roi, complaisant avec les plus riches et leurs transactions de type mafieux, sévère avec les “non rentables” et les “non fiables” (Syrie, Libye, Corée, Palestine, etc …) s’est poursuivi. Les mafias (dont certaines contrôlent des secteurs entiers de l’économie), les filiales des grandes banques qui trafiquent dans les paradis fiscaux, les fraudeurs qui se consacrent à l’évasion fiscale, les sur-exploiteurs qui rendent la vie des salariés insupportable et discriminent la main d’œuvre féminine, ne connaissant pas l’indulgence des États, gouvernés par la droite ou par la “gauche” !

Cette social-démocratie a contaminé d’autres forces, parfois même certaines fractions des partis communistes ! Des acquis démocratiques, il ne reste que le bout de papier que des électeurs de moins en moins nombreux glissent dans les urnes, périodiquement, en ignorant toutes les méthodes de manipulation et le poids de l’argent lors de chaque élection !

Arrive le “temps du mépris” et de l’arrogance de la part de chefs d’État se croyant tout permis “parce qu’ils ont été élus ! “. La démocratie devient celle du bavardage en continu, et de débats dont les frontières sont fixées à l’avance. Plus que jamais, la grande question se pose : “Que faire?“, si ce n’est que renforcer la critique radicale du système, et ne pas se faire d’illusion sur la représentativité réelle des régimes dits “représentatifs” !

Source : Investig’Action

Posté par ALLIENORD à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]