ma revue de presse journalière

24 avril 2017

Pauvre Donald !!!

Jared Kushner : un gangster présumé au sein de la Maison Blanche


Par Waine Madsen – Le 17 avril 2017 – Source Strategic Culture

Le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, semble de plus en plus influent dans l’appareil décisionnel de la Maison Blanche. Après un imbroglio public avec le conseiller en stratégie de Trump, Stephen Bannon, lors de l’attaque de missiles sur la base aérienne de Chayrat en Syrie, Kushner est «in», comme on dit souvent à Washington, et Bannon est «out». En tous cas, la faction antimondialiste, dirigée par Bannon, a reçu des « pouces vers le bas », sur plusieurs sujets, de la part de Trump.

 

L’adoption, par Trump, de la politique du parti Démocrate de Clinton qui est faite d’opposition au gouvernement syrien, de confrontation à la Russie, de soutien à l’OTAN, de soutien à la Banque américaine d’export-import (EXIM) et de confrontation militaire à la Corée du Nord et la Chine, a déclenché les applaudissements des néoconservateurs et des mondialistes mais, par contre, la base politique de Trump, des nationalistes d’« America First » aux libertariens, pleure.

Les signes avant-coureurs montrant que Kushner travaillait pour les néoconservateurs ont toujours été présents. Sa société de médias, Observer Media, qui publie l’hebdomadaire en ligne New York Observer, a mis en vedette plusieurs auteurs néoconservateurs. Kushner, qui a également dirigé la société immobilière Kushner Companies, a confié le contrôle du journal à son beau-frère après avoir été nommé conseiller principal du président Trump. Kushner a hérité de l’empire immobilier de son père, Charles Kushner. En 2007, Jared Kushner a fait le plus gros achat d’un bâtiment unique dans l’histoire des États-Unis : il a payé 1,8 milliard de dollars, pour un immeuble de 41 étages au 666 de la Cinquième avenue à Manhattan. En 2015, Jared Kushner a acquis une participation de 50,1% dans le Times Square Building, à Manhattan, achetée à la société Africa Israel Investments, Ltd. (AFI), une société d’investissement et de holding appartenant au magnat israélien du diamant, l’israélo-ouzbek Lev Leviev. Ce qui pourrait affecter les relations entre les États-Unis et la Palestine et l’Afrique, c’est qu’AFI a participé à la construction de colonies illégales en Cisjordanie et à l’acquisition de diamants provenant des zones de conflits les plus sanglantes d’Afrique.

AFI et sa filiale, Danya Cebus, ont été soumises à des désinvestissements de la part d’un certain nombre de gouvernements et de sociétés, à cause de leurs activités en Cisjordanie. En août 2010, le fonds de pension norvégien a cédé les parts qu’il possédait dans les deux entreprises. Leviev est également impliqué dans des opérations de casino douteuses, ce qui le place dans les mêmes milieux d’affaires que l’opérateur de casino qu’est Trump. En 2009, Playtech Cyprus, Ltd., une des entreprises de l’AFI, a commencé à fournir des équipements pour un nouveau casino à Bucarest, en Roumanie. Playtech a été lancé en 1999 par quatre Israéliens, Teddy Sagi, Elad Cohen, Rami Beinish et Amnon Ben-Zion. Le logiciel de jeu en ligne Playtech est principalement géré par des programmeurs estoniens. Sagi est un fraudeur déjà condamné, ayant été reconnu coupable de fraude dans l’affaire de la « Banque Discount » de 1996, une arnaque aux actions et aux obligations qui a secoué la communauté des affaires de Tel-Aviv. Les opérations minières dans le diamant africain de Leviev impliquent plusieurs « anciens » agents du Mossad, notamment en Sierra Leone, en République démocratique du Congo, en Ouganda, en Namibie et en Angola.

L’étroite frontière entre Jared Kushner et certains des principaux gangsters israéliens fait sonner l’alarme. Cette situation est particulièrement aggravée, lorsque l’on sait que Kushner n’a pas fourni toutes les informations demandées dans les questionnaires sur la sécurité nationale, concernant ses contacts avec des personnes et des intérêts étrangers, affaire qui a entraîné des demandes du Congrès que son habilitation de sécurité soit suspendue.

La querelle entre Jared Kushner et Bannon n’est pas le premier conflit de personnalité que Kushner a eu avec un membre de l’équipe Trump. La première démonstration de l’influence puissante de Kushner sur Trump a été mise en évidence lorsque ce dernier a viré le président de son équipe de transition, le gouverneur du New Jersey, Chris Christie et ses loyalistes, qui comprenait l’ancien représentant américain Mike Rogers et Matthew Freedman. Pour Kushner, les licenciements ont été une vengeance ultime contre Christie. En tant que procureur des États-Unis pour le nord du New Jersey, Christie a poursuivi avec succès le père de Kushner pour évasion fiscale, faux témoignage et contributions illégales aux campagnes politiques. Christie voulait une peine de prison de trois ans pour le vieux Kushner, mais il n’a passé qu’un an dans un pénitencier fédéral d’Alabama.

L’enquête fédérale sur Christie a révélé que Charles Kushner a essayé d’attirer son beau-frère et employé, William Schulder, dans un piège avec une prostituée au motel Red Bull Inn à Bridgewater, dans le New Jersey. Le vieux Kushner a payé 10 000 $ une prostituée haut de gamme, qui aurait travaillé dans une agence d’escorte de Manhattan liée au Mossad, pour attirer Schulder dans un piège, le tout filmé par un système de bandes vidéo et conçu pour l’empêcher de témoigner, à la demande de Christie, contre Kushner. Après que la femme de Schulder a reçu la bande vidéo de la partie de jambes en l’air au motel, Christie a réussi non seulement à s’assurer qu’un Schulder embarrassé mais en colère reste son témoin vedette, mais a également convaincu la prostituée de témoigner contre Kushner. Un autre témoin des procureurs, Robert Yontef, le comptable en chef de Kushner, a également été attiré dans le même genre de piège par son ancien patron, avec une bande vidéo faite avec une autre fille, toujours payée par Kushner.

Charles Kushner a également réussi à ce que le gouverneur démocrate du New Jersey, Jim McGreevey, le nomme à la Commission de l’Administration portuaire de New York-New Jersey, qui possédait le World Trade Center, une position en or pour le 11 septembre, un acte dans lequel le Mossad israélien pourrait être impliqué. Les autorités de l’Hudson County et de Jersey City étaient bien conscientes que des éléments du Mossad étaient impliqués dans de nombreuses activités de renseignement entourant et soutenant l’événement du 11 septembre, dans les mois précédant l’attaque en 2001.

Les membres de la famille Kushner semblent être de fervents amateurs de la politique de la vengeance et du chantage, comme l’a durement découvert McGreevey.

Alors qu’il était maire de Woodbridge, McGreevey a rencontré un agent des renseignements israéliens nommé Golan Cipel, au cours d’un voyage d’étude en Israël, en  2000, organisé par Charles Kushner, qui était un généreux donateur pour les frais politiques de McGreevey. Bien que le voyage ait été parrainé par la Fédération juive de MetroWest, l’objectif était d’assurer la fidélité future d’un politicien du New Jersey en plein essor et qui serait soigné pour devenir le gouverneur de l’État. Cipel était le porte-parole principal de la ville israélienne de Rishon LeZion, mais il a rapidement fini dans l’équipe de campagne de McGreevey pour être gouverneur, grâce à l’influence, le visa de travail aux États-Unis et l’argent fourni par le vieux Kushner. Il est à noter que Rishon LeZion représente l’une des bases de soutien les plus importantes du parti de droite Likoud en Israël. En faiseur de roi politique, Charles Kushner a assuré la nomination de McGreevey pour le parti Démocrate dans la course au poste de gouverneur, après avoir recherché le soutien – en tordant quelques bras – des présidents du parti Démocrate des comtés de Union, Essex, Middlesex et Camden.

Après être devenu gouverneur, McGreevey a embauché Cipel, ressortissant israélien et employé de Kushner, comme conseiller en chef de la stratégie politique, des affaires étrangères et des relations avec la communauté juive. Mais ce fut la nomination, par McGellvey, de Cipel en tant que directeur de la sécurité intérieure, qui a fait lever bien des sourcils dans tout l’État, surtout après le 11 septembre.

Au cours du mandat de McGreevey, Cipel a décidé de déposer une plainte pour harcèlement sexuel contre le gouverneur, au tribunal de Mercer County. Cipel, un ancien « diplomate » – c’est-à-dire un agent du Mossad – au consulat général israélien à New York, par sa seule action en justice, a détruit la carrière politique de McGreevey. Le procès a obligé McGreevey, qui était marié et avait deux enfants, à admettre qu’il menait un mode de vie gay, parallèle et secret. Avec cette bombe, dont se sont emparés les médias, McGreevey a été forcé de démissionner. Plusieurs observateurs politiques du New Jersey pensent que Charles Kushner se tenait derrière la plainte de Cipel, car McGreevey ne s’est pas révélé être le type de marionnette que Kushner attendait. En fait, pendant le procès, les avocats de McGreevey ont contacté le FBI pour les avertir d’une éventuelle opération d’extorsion de fonds de la part du couple Kushner-Cipel et dirigée contre le gouverneur.

Sans aucun doute, Christie, qui avait déjà le regard tourné vers le manoir du gouverneur du New Jersey à Princeton, savait tout au sujet du rôle que Charles Kushner a joué dans le chantage contre l’un de ses prédécesseurs en tant que gouverneur. Avec le genre d’information de base possédée par un procureur fédéral comme Christie, qui avait accès aux transcriptions d’écoutes téléphoniques recueillies auprès du téléphone de la famille Kushner et d’autres communications, il est clair que Jared Kushner a vu Christie comme une menace majeure, pour le futur programme de la famille Kushner au sein de l’administration Trump.

Avec Christie et, peut-être bientôt Bannon, mis à l’écart, Jared Kushner pourra consolider son contrôle total sur Trump. Compte tenu du bilan de la pression exercée par le clan Kushner, et de ses méthodes, contre deux gouverneurs du New Jersey, on est en droit de supposer que les Kushner disposent d’une quantité d’informations suffisamment importantes pour faire chanter Mr. Trump.

Wayne Madsen

Traduit par Wayan, relu par nadine pour le Saker Francophone

Posté par ALLIENORD à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bien dit !!!

Chroniques du Yéti

« Le temps est venu de changer de civilisation » Edgar Morin

Plus de 65% des électeurs français ont voté pour des connards en toute connaissance de cause !

Resultats_1er_tour.jpg 

Le résultat de ce premier tour de la présidentielle française (s’il est validé) confirme nos pires cauchemars : au second tour seront opposés une ringarde raciste et un abruti propulsé sur le devant de la scène politique par les lobbies financiers et une oligarchie décadente.

Pire encore le score du voyou de la droite, François Fillon avoisine les 20% ! 20 % d’électeurs français qui ont voté pour un truand en toute connaissance de cause !

Au total : ringarde + abruti + voyou = environ 65% du vote des électeurs inscrits !!!

Et je ne parle pas des quelques 6% d’idiots utiles qui ont donné leurs voix inutiles à Hamon.

Que la majorité des électeurs français aille se faire foutre !

Autant dire que je conchie — et je pèse mes mots — l’immense majorité des électeurs de mon pays !

Autant dire que je me considère aujourd’hui en état de sécession TOTALE.

Autant dire, bien sûr, que je ne voterai pas au second tour de cette présidentielle française.

Que la majorité des électeurs français aillent se faire foutre !

Posté par ALLIENORD à 18:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

EXCELLENT !!!

Chroniques du Yéti

« Le temps est venu de changer de civilisation » Edgar Morin

Le Grand jeu : commedia dell'arte

Commedia_1.jpg

Si les temps que nous vivons sont exaltants et dangereux, ils comprennent aussi leur lot d’invraisemblables pitreries et de retournements saugrenus.

À tout seigneur (saigneur ?) tout honneur, Trump semble véritablement avoir appris l’art de la pirouette chez le sultan. Plutôt que d’enquêter sur de supposées relations avec le Kremlin, il faudrait vérifier si le Donald n’a pas fait un petit séjour du côté d’Ankara avant son élection… Quel tournis, mes aïeux ! Dans la continuité de ses déjà nombreuses trahisons de promesses électorales, le blond occupant de la Maison blanche nous a sorti deux as, pour le meilleur et pour le pire d’ailleurs.

Rappelez-vous, il s’était lâché pendant des mois contre l’Iran diabolique et le « désastreux » accord sur le nucléaire (« le plus mauvais jamais signé »). Et hop, je retourne ma veste. Dans une note au Congrès, la nouvelle administration a précisé que Téhéran respectait les clauses de l’accord et qu’un nouvel allègement des sanctions avait été décidé. C’est Bibi qui doit l’avoir mauvaise…

Moins encourageant, un ponte Républicain (Ryan pour ne pas le nommer) a déclaré que le TTIP, l’accord de libre-échange trans-atlantique, était « bon pour l’ordre mondial ». On imagine l’intense pression de la libéralo-démente Frau Milka et de la clique otanienne. Certes, Donaldinho n’a encore rien dit mais l’histoire récente de ses volte-faces ne plaide pas en sa faveur.

L’administration Trump semble être complètement à la rue, se berçant d’illusions puériles sur un fantasmé refroidissement sino-russe en Syrie — y croient-ils seulement ? Pire, la fameuse flotte aéronavale se dirigeant à toute vapeur vers la Corée du Nord n’est en réalité jamais partie :

« L‘“armada” américaine promise il y a dix jours en réponse à la menace de Pyongyang n’a pas commencé à naviguer vers la péninsule coréenne, elle est même partie dans la direction opposée, a reconnu mardi 19 avril un responsable américain de la Défense.

Selon ce responsable, les bateaux se trouvent toujours au large de la côte nord-ouest de l’Australie. Le groupe aéronaval comprend le porte-avions Carl Vinson, de la classe des porte-avions Nimitz, son escadron aérien, deux destroyers lanceurs de missiles et un croiseur lanceur de missiles. Une photo de la marine américaine prise ce week-end montre le porte-avions au large de l’île de Java.

Le 8 avril, un porte-parole du commandement américain dans le Pacifique avait pourtant annoncé que le porte-avions et sa flotte faisaient route vers la péninsule coréenne, par “mesure de précaution”. Donald Trump avait ensuite déclaré le 12 avril sur la chaîne Fox Business : “Nous sommes en train d’envoyer une armada. Très puissante”.

Plusieurs médias avaient alors affirmé qu’il faisait route vers la Corée du Nord depuis Singapour, alors qu’en fait il avançait dans la direction opposée. La flotte américaine a de fait participé ces derniers jours à des exercices militaires avec la marine australienne, selon le responsable américain. »

Avec le Donald, la croisière s’amuse et fait bien rire les observateurs. Grillé, le Pentagone se croit maintenant obligé d’envoyer, vraiment cette fois, la flotte mouiller en mer du Japon. Fake news, fausse armada, palinodies, bombardements factices, poudre aux yeux, grotesque opérations de com’… les États-Unis seraient-ils en train de devenir un fake country ?

Commedia_2.png

Ce n’est certes pas la CIA qui contredira la chose, elle qui crie régulièrement au piratage russo-chinois avec des trémolos dans la voix. Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage, c’est bien connu. En réalité, les récentes révélations sur la NSA montrent que les agences US ont allègrement piraté des sites russes et iraniens, notamment le site de la présidence à Téhéran ou celui du ministère russe de l’Énergie atomique. Comment dit-on l’hôpital qui se fout de la charité en Langley ?

Une qui, par contre, ne sourit point est Exxon, désespérée de faire lever les sanctions contre la Russie ou, du moins, de bénéficier d’une exemption. Nous avions déjà vu que les sanctions lui avaient coûté 1 milliards de $ en 2015. Aujourd’hui, elle risque de perdre au profit de l’italienne ENI tous ses droits d’exploration en mer Noire si elle ne commence pas des forages avant la fin de l’année.

L’ironie de l’histoire est que son ancien PDG est maintenant secrétaire d’État aux Affaires étrangères et qu’il s’est lancé dans de curieuses diatribes anti-russes depuis quelques semaines. Trahison vis-à-vis du lobby pétrolier américain ou, au contraire, volonté de donner des gages à l’État profond pour mieux adoucir les sanctions par la suite et aider Exxon ? Comédie et théâtre d’ombres, encore une fois…

La Russie, elle, regarde tout cela d’un oeil goguenard. Ce que nous prédisions il y a deux ans se réalise : les sanctions lui ont permis de diversifier son économie et ses sources de revenu. Ainsi, les hydrocarbures qui représentaient 50% des recettes de l’État sont tombés à 36%. Certes, la baisse des cours du pétrole et du gaz ont eu une influence mais pas seulement.

Et puisque l’on parle d’or noir, depuis quelques mois, la grande sitcom s’appelle Citgo. Cette compagnie pétrolière possédant oléoducs et raffineries aux États-Unis pourrait tomber dans l’escarcelle de… Rosneft ! Pour résumer l’imbroglio, Citgo est détenue par Petroleos de Venezuela qui devait rembourser un emprunt à Rosneft. Vu la situation au pays de Maduro, c’est pour le moins compromis et le géant russe a maintenant le droit légal de mettre la main sur la filiale américaine.

Inutile de dire que les sénateurs US sont paniqués, Rubio en tête : «  Nous sommes extrêmement inquiets du contrôle de Citgo par Rosneft qui pourrait représenter une grave menace pour la sécurité énergétique américaine et rendre vulnérables des infrastructures critiques de notre pays. »

Le grand cirque ne serait point complet sans ces fameux valets du système impérial que sont Porochenko et les inénarrables rebelles “modérés”. À Londres, le premier a affirmé sans rire que l’héroïque armée ukrainienne avait sauvé l’Europe d’une invasion de tanks russes. Question à un kopeck : y a-t-il encore quelqu’un dans la salle pour prendre au sérieux Poroclown ?

En Syrie, une nouvelle formation rebelle est apparue… sur le net. Elle déclare, tenez-vous bien, vouloir reprendre Hassaké, Raqqa, Deir ez-Zoor et Qamishli. C’est-à-dire mener la guerre à la fois contre les Kurdes, Daech et l’armée syrienne, rien que ça. Aux dernières nouvelles, les “rebelles” sont une vingtaine et représentent un énième aboiement du sultan pour sauver la face.

=> Source : Le Grand jeu

Posté par ALLIENORD à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bien vu !!!

Chroniques du Yéti

« Le temps est venu de changer de civilisation » Edgar Morin

Bilan : la démocratie ou le triomphe de la médiocrité majoritaire

Bras_d_honneur.jpgBras d’honneur

J’ai soixante-six ans. Pour tout te dire, ami lecteur plus jeune, je n’ai jamais vécu que sous des régimes qui reflétaient la médiocrité majoritaire de mon pays. Au vu de ce qui s’est passé hier, ça risque encore de durer un brin… 

Aucune excuse !

Petit bilan :

  • Avant De Gaulle, c’était les ventres mous de la 4e République.
  • Derrière les grands bras souverains du général De Gaulle (1958-1969), il y avait déjà de sacrés enfoirés : les Debré, les Frey, les Pasqua, les voyous du SAC (Service d’action civique), les truands de la Françafrique.
  • Pompidou (1969-1974) fut le premier banquier à diriger nos affaires politiques.
  • Giscard d’Estaing (1974-1981) annonçait déjà le bling-bling macronien
  • Le socialisme de Mitterrand (1981-1995) n’a duré que deux misérables années avant de se coucher sur l’autel de la finance et des lobbies multinationaux.
  • Ensuite, je ne détaille même pas la brochette de nullités qu’on a dû se farcir à grands coups de “vote utile” : Chirac (1995-2007), Sarkozy (2007-2012), Hollande (2012-2017)…

Rien absolument rien à sauver de cette fameuse “démocratie”, sinon pour établir le triste constat du triomphe de la médiocrité souveraine. Parce que, faut arrêter de me la faire, c’est bien les électeurs qui votent et la majorité des électeurs qui désigne d’aussi médiocres représentants. Aucune excuse !

Aucun progrès social n’est jamais sorti d’un isoloir

N’y a-t-il eu aucune petite période politiquement positive dans mes soixante-six années de vie ? Aucun jour qui n’ait vu le moindre soupçon de progrès social, d’euphorie politique populaire ? Si, dans les années 68 et immédiatement suivantes. Mais ça se passait dans la rue et pas dans les urnes ! Aucun progrès social d’aucune sorte n’est jamais sorti d’un isoloir !

N’y a-t-il jamais eu de triomphe de la démocratie en dehors de mon pays ? Très rares, en Amérique latine avec la révolution bolivarienne, fugace avec la victoire de Mandela en Afrique du sud. Mais, quand ils n’ont pas été aussitôt avalés par la bassesse et la corruption (Afrique du sud), c’est dans la rue que ces régimes ont dû batailler pour se maintenir, dénoncée et attaquée sans état d’âme par ceux-là mêmes qui se prétendaient les champions… de la démocratie ! 

Quand il a été élu, Mandela avait déjà accompli toute son oeuvre politique depuis sa prison de Robben Island. Gandhi, Martin Luther King n’ont jamais été élus, Fidel Castro a dû conquérir le pouvoir par les armes. Plus près de chez nous, Mendès-France est toujours resté à l’écart du pouvoir politique. Qui niera l’importance politique de ceux-là ?

Le peuple est toujours minoritaire

Pourtant, aux lendemains de cette nouvelle désillusion, dois-je t’avouer, cher lecteur bien plus jeune que moi, que malgré la traversée de cet interminable océan de médiocrité démocratique. jamais je ne me suis le moins du monde ennuyé pendant ces soixante-six ans d’existence.

Tout à l’heure, comme tous les matins, je vais descendre « à la côte », comme on dit ici, discuter avec mes potes de la cale comme si de rien n’était, parler de pêche à pied, du poisson qu’on a parfois pris et souvent pas du tout, de recettes savoureuses faites avec un rien et de bonnes goulées de rosé, de blanc sec ou de petit rouge gouleyant.

Franchement ami lecteur plus jeune, si tu ne veux pas finir aigri, ravale tes rancœurs, garde tes colères au chaud. Et essaie de vivre du mieux que tu peux. N’attends surtout rien de la démocratie représentative. Quand ça débordera, toi aussi, tu descendras dans la rue. Avec le peuple qui est toujours minoritaire. Si quelques forces me restent, je t’y rejoindrai en faisant des moulinets rageurs avec ma canne.

Posté par ALLIENORD à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

INSOLENTIAE , journal d'info =

                            
                 

« Le rôle trouble de la France. Syrie : le PDG de LafargeHolcim bientôt écarté ? » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Bon, je n’ai pas envie de parler de politique car la « messe » est globalement dite et le système a réussi à vendre une sorte d’unité nationale molle destinée uniquement à mener la politique économique au bénéfice de ce même système. Ce système c’est le mondialisme et le totalitarisme marchand. Si nous voulons sauver les abeilles, ce sera à chacun et chacune de nous de le faire. Ne comptez pas trop sur Monsanto ni ses représentants, fussent-ils remarquablement bien élus.

Bref, Éric Olsen est en passe d’être écarté et le cimentier devrait annoncer la démission du président de son directoire à la suite d’une enquête interne sur les activités d’une ancienne cimenterie en Syrie soupçonnée d’avoir financé des groupes armés.

Le cimentier a-t-il financé des groupes islamistes ?

« Le cimentier a annoncé en mars qu’une enquête interne avait révélé qu’une cimenterie de Lafarge en Syrie avait contribué au financement de groupes armés dans ce pays en guerre avant la fusion en 2015 entre le suisse Holcim et le français Lafarge, dont Éric Olsen était dirigeant.

Cette ancienne cimenterie à Jalabiya avait conclu des arrangements avec 

Lire la suite ici  

             
                                
                                    
                                                                 
                        
            
                 

Régulation financière : Trump s’attaque à la loi Dodd-Frank

 

C’est un article du Point qui nous apprend que Donald Trump a ordonné vendredi la révision de plusieurs réformes financières adoptées après la crise de 2008 et affirmé qu’une « grosse annonce » serait faite mercredi sur la très attendue réforme des impôts…

En effet, Trump a promis de démanteler la loi de réglementation financière Dodd-Frank.

Le premier document signé dans le bureau du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin vise à simplifier les déclarations d’impôt. « Les gens n’arrivent pas à faire leur déclaration. Ils n’ont aucune idée de ce qu’ils font. C’est trop compliqué », a lancé M. Trump, devant 150 membres du personnel enthousiastes… Mais cette mesure reste cosmétique avant tout, pour le moment.

Le gros du sujet 

Lire la suite ici

             
                                                                 
                 

L’excédent budgétaire grec salué par le FMI !!

 

C’est une dépêche de l’agence Reuters qui revient sur la Grèce qui a « nettement dépassé l’an dernier les exigences de ses créanciers internationaux en matière de finances publiques, montrent vendredi les chiffres officiels, en dégageant son premier excédent budgétaire en 21 ans, hors service de la dette ».

L’important dans la phrase c’est « hors service de la dette »… Ce qui veut dire que sans rembourser les intérêts et les dettes, alors le budget est équilibré. Autant dire donc que le budget n’est pas équilibré malgré des efforts immenses du peuple grec.

Lire la suite ici

             
                                                                 
                        
            
                 

C’est déjà la fin de l’austérité à l’échelle mondiale, selon le FMI

L’austérité est terminée alors que les gouvernements des pays riches ont augmenté leurs dépenses l’année dernière et comptent bien garder leur portefeuille ouvert dans un avenir proche…

Comme prévu, après les politique de relances monétaires par les banques centrales est venu le temps de l’alternance avec les politiques de relances dites budgétaires.

Puis on alternera… Jusqu’au jour où ce sera la faillite, mais on trouvera une solution pour spolier en douceur les moutons et tondre les épargnants.

Lire la suite ici

             
                                                                 
                        
            
                 

Un accord préalable visant à maintenir la réduction de la production pétrolière

Les prix du pétrole devraient donc continuer à se maintenir à défaut d’évoluer sensiblement à la hausse en raison d’un manque évident de croissance, seul élément économique fondamental susceptible de faire bondir les prix de l’énergie.

Lire la suite ici
             
                                
                                    
                 

Notre adresse mail est: contact@insolentiae.com

Posté par ALLIENORD à 18:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ben voyons !!!

Chroniques du Yéti

« Le temps est venu de changer de civilisation » Edgar Morin

Après la victoire de l'Allemagne à l'élection présidentielle française

Merkel_Schauble_2.jpg 

Lundi 24 avril 2017 :

Après la victoire de l’Allemagne à l’élection présidentielle française, les journalistes allemands savourent leur triomphe.

Les médias allemands saluent le résultat d’Emmanuel Macron.

Le Figaro :

REVUE DE PRESSE - L’ancien ministre de François Hollande était devenu le favori en Allemagne, depuis la révélation des affaires touchant François Fillon.

De notre correspondant à Berlin

«L’Europe respire». Bild, le quotidien le plus lu d’Allemagne, est soulagé. «Le scénario d’horreur d’un second tour entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon a été écarté», poursuit le journal en s’attendant à la victoire le 7 mai d’Emmanuel Macron contre Marine Le Pen. «Quel duel! Un homme contre une femme, le libéralisme de gauche contre l’ultra droite, l’espoir contre le repli, plus d’Europe contre le moins d’Europe possible, un ami de l’Allemagne contre une germanophobe», écrit le journal en décrivant le match du second tour : Macron «le favori chic et l’espoir de tous les Européens contre Marine Le Pen, le spectre qui effraie Bruxelles et Berlin». 

À l’unisson, les médias allemands ont presque tous salué le résultat de l’ancien ministre de François Hollande au premier tour de la présidentielle. Depuis la révélation des scandales touchant François Fillon, il était devenu le favori de l’Allemagne.

Ouest France

Bruxelles. Juncker, le président de la Commission européenne, félicite Macron.

« Juncker a félicité Emmanuel Macron pour son résultat au premier tour et lui a souhaité le meilleur pour le second tour », a écrit sa porte-parole Margaritis Schinas sur son compte Twitter. 

Illustrant le large soutien dont bénéficie le candidat d’ « En Marche ! » au sein des institutions européennes à Bruxelles, Federica Mogherini, Haute Représentante de l’Union Européenne pour la politique étrangère, a elle aussi salué sa performance.

« Voir les drapeaux de la France et de l’UE saluant le résultat d’Emmanuel Macron montre l’espoir et l’avenir de notre génération », a déclaré la diplomate italienne qui, à 43 ans, appartient à la même génération que l’ancien ministre de l’Économie (39 ans).

À la Bourse de Paris, les titres du secteur bancaire gagnent près de 8 %.

La Bourse de Paris a ouvert en hausse, ce lundi. Le CAC 40 a ouvert en hausse de 4,12% au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle. Les titres du secteur bancaire prenaient près de 8%. 

À 09h12, l’action Société Générale prenait la tête du CAC 40 (+8,03% à 50 euros) devant Crédit Agricole (+7,68% à 13,39 euros) et BNP Paribas (+6,74% à 66,18 euros) dans un marché en forte progression de 4,12%.

Posté par ALLIENORD à 18:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Et toujours des mensonges !!!

Les paroles sont aussi des actes : Comment des récits non corroborés par les faits peuvent accroître le risque de guerre avec la Russie


Par Stephen F. Cohen – Le 12 avril 2017 – Source The Nation

Dans cette chronique publiée dans The Nation, le professeur émérite Stephen Cohen montre comment l’establishment politico-médiatique américain a fait siens deux « narratifs » qui ne sont basés sur aucune preuve officielle, mais seulement sur des faits allégués par les services de renseignement.

Selon le premier narratif, appelé « Kremlingate », le Président Poutine aurait donné l’ordre de pirater des courriels du Comité directeur du Parti démocrate et de les diffuser pour aider Donald Trump à remporter la Maison Blanche. Dans le deuxième narratif, le Président Assad, allié de Poutine, aurait donné l’ordre la semaine dernière de lancer une attaque chimique sur des civils syriens, y compris sur de jeunes enfants. Voici maintenant apparaître un troisième narratif lancé par la chaîne TV MSNBC, qui est une combinaison des deux premiers : la récente attaque de missiles déclenchée par Trump sur une base militaire aérienne syrienne serait en fait le fruit d’un complot ourdi par Poutine et Trump, pour libérer le nouveau président américain de la contrainte que font peser sur lui les enquêtes sur le « Kremlingate » et lui permettre de mener la politique de sécurité nationale des États-Unis voulue par Poutine.

Outre le fait qu’il n’y a aucune preuve à l’appui de ces allégations, cette version des faits est dépourvue de toute logique. L’explication selon laquelle Poutine « détestait Hillary Clinton » en raison des manifestations qui ont eu lieu à Moscou en 2011, est basée sur une vision déformée de ces événements. Et pourquoi Assad aurait-il recouru à des armes chimiques et mis en péril les avancées militaires, politiques et diplomatiques qu’il a engrangées au cours des derniers dix-huit mois, si l’on tient compte du fait qu’il pouvait aussi disposer de la force aérienne russe comme solution de rechange ? De la même manière, la version selon laquelle Poutine aurait menti en 2013, lorsqu’il est tombé d’accord avec le Président Obama pour obtenir d’Assad qu’il détruise son stock d’armes chimiques, est aussi basée sur une déformation des faits. Ce sont en effet les Nations Unies et une de leurs agences spécialisées – et non Poutine – qui ont vérifié que ces armes avaient bien été totalement détruites. (Cette allégation vise clairement à remettre en cause l’unique exemple de coopération entre les États-Unis et la Russie, pendant ces dernières années).

L’adage russe selon lequel « les paroles sont aussi des actes » semble se vérifier ici. L’attaque de missiles lancée par Trump sur la Syrie alliée de la Russie, en dépit des multiples dangers qu’elle faisait courir, pourrait bien avoir eu un objectif de politique intérieure, celui de mettre fin au narratif qui paralysait la présidence et selon lequel Trump est « la marionnette de Poutine ». Si tel est le cas, les principaux médias américains, qui ont entretenu ce narratif pendant des mois, sont profondément impliqués. De son côté, le Kremlin, qui suit de près les implications politiques de ces narratifs à Washington, est devenu très alarmiste et s’est mis lui-même à utiliser des mots lourds de sens. Ainsi, le leader russe N°2, le premier ministre Medvedev, a déclaré que les relations américano-russes étaient « en ruines », une déclaration qu’aucun leader soviétique ou post-soviétique n’a jamais faite. Medvedev a ajouté que les deux superpuissances nucléaires étaient « au bord » de la guerre. Si l’on considère que Medvedev est la principale figure pro-occidentale dans l’environnement rapproché de Poutine, on imagine ce que l’autre camp – celui des patriotes d’État, ou ceux qu’on désigne comme des nationalistes – ont pu dire à Poutine. Pis encore, le Kremlin déclare qu’en lançant son attaque de missiles contre la Syrie, Trump a franchi aux yeux de la Russie une « ligne rouge », avec toutes les implications militaires que ce terme comporte aussi pour Washington. De plus, en déclarant sèchement que la mystérieuse utilisation d’armes chimiques en Syrie était une « provocation », Poutine a lui-même mis en garde contre les forces qui, à Washington, se livrent à ce type de « provocations » et préparent des frappes militaires. En résumé, même s’il ne veut pas et ne commencera pas une guerre avec les États-Unis, le Kremlin se prépare à une telle éventualité.

Au moment où cet article était rédigé, le nouveau Secrétaire d’État  Tillerson venait d’arriver à Moscou. Nous ne savions pas si Poutine lui-même allait le rencontrer ou seulement son ministre des Affaires étrangères Lavrov. Poutine est certes un leader autoritaire et apparaît comme le « décideur », mais des forces influentes à l’intérieur comme à l’extérieur du Kremlin sont fortement opposées à ce que Poutine rencontre un Secrétaire d’État américain au lendemain d’une « provocation » d’une pareille ampleur de la part des États-Unis. Tillerson est bien connu de Poutine et des autres leaders du Kremlin. Au nom d’ExxonMobil, il a négocié avec eux l’un des plus grands accords énergétiques par lequel la Russie donnait accès aux vastes ressources en pétrole de l’Arctique. Poutine a personnellement approuvé cet accord, qui était recherché par les géants pétroliers du monde. Il ne l’aurait pas fait s’il n’avait pas été convaincu que Tillerson était un homme sérieux et hautement compétent. (Pour être parvenu à cet accord au nom d’une grande compagnie américaine, Tillerson a été dénoncé comme « l’ami de  Poutine » dans les médias américains.)

Pour ces raisons, le Kremlin attend de Tillerson qu’il donne des réponses franches aux questions qui se profilent sur la frontière entre la guerre et la paix. Les narratifs détachés de la réalité des faits qui se sont imposés à Washington vont-ils être un facteur déterminant, dans la politique de Trump à l’égard de la Russie ? Sont-ils la raison pour laquelle Trump a franchi le pas, en commettant une « provocation » en Syrie ? Cela veut-il dire que Trump ne partage plus, ou n’appuie plus, ce qui fait le fondement de la stratégie de la Russie à l’égard de la guerre civile et de la guerre par ennemis interposés, à savoir que le renversement d’Assad aurait certainement pour conséquence que Daech ou une autre armée islamique s’installe à Damas, une éventualité que le Kremlin considère comme une menace sévère à la sécurité nationale de la Russie ? Et plus fondamentalement, qui est en charge de la politique russe à Washington : le Président Trump ou quelqu’un d’autre ? Poutine avait déjà soulevé la même question publiquement à propos du Président Obama, lorsque l’accord de coopération militaire en Syrie, négocié entre Poutine et Obama, avait été saboté par le Département américain de la Défense.

Les réponses que Tillerson peut donner sur la base de sa grande expérience (il disposait à ExxonMobil de son propre département de renseignement et de politique générale) contribueront beaucoup à déterminer si oui ou non la nouvelle Guerre froide est sur le point de se transformer en une guerre chaude, tout au moins en Syrie. Entre-temps, les médias américains  feraient bien de revenir à une pratique de leur métier qu’ils défendaient dans le passé, en vérifiant de façon rigoureuse leurs narratifs et en gardant à l’esprit que les paroles sont aussi des actes.

Stephen F. Cohen

Traduit par Jean-Michel pour le Saker Francophone

Posté par ALLIENORD à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2017

Intéressant :

Chroniques du Yéti

« Le temps est venu de changer de civilisation » Edgar Morin

Jean-Luc Mélenchon : « Bon courage à vous, les gens, réfléchissez bien »

JLM_derniere.jpg

Chers électeurs français, le dernier mot de cette campagne de 1er tour à Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle française de 2017 :

Notes

Conformément à l’usage, ce blog se met en vacance électorale jusqu’au dimanche 23 avril à 20 heures. Bonne “vacance” à tous !

Posté par ALLIENORD à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La lettre d'information :

UJFP

Lettre d’information de l’UJFP

Nouveautés hebdomadaires et agenda

Bonjour, voici notre newsletter, regroupant les nouveaux articles publiés sur notre site ainsi que les évènements à venir auxquels notre association appelle et/ou participe.


Nouveaux articles publiés sur notre site du 16 avril au 23 avril

À Namur, le 24 avril 2017, conférence-débat sur le thème : "Pour ne pas oublier le peuple palestinien"

Publié le : 22 avril 2017

En partenariat avec la Coordination namuroise Belgo-palestinienne et la Fucid.
Dans le cadre des 50 ans d’occupation de Gaza et des 70 ans de la partition, Pierre Stambul (Union Juive Française pour la Paix (UJFP) et auteur) et Sarah Katz (UJFP) viendront faire une conférence notamment pour parler de leur expérience dans la « cage de Gaza ».
En effet, le couple français s’est rendu de mai à juin 2016 à Gaza afin de prendre part au quotidien des palestiniens victimes du blocus et d’interroger les (...)


Soirée présidentielle à La Colonie  « QG de campagne décolonial »

Publié le : 21 avril 2017

Rejoignez toute l’équipe de l’émission Paroles d’Honneur le 23 avril à La Colonie et sur Facebook Live pour commenter et analyser les résultats à chaud du 1er tour de l’élection présidentielle.
Rien à attendre des présidentielles mais tout à espérer !
Sur les grands médias traditionnels, nous aurons droit aux habituels "experts", politologues attitrés et grands observateurs, qui vont à tour de rôle rivaliser des mêmes commentaires sur les plateaux télévisés. L’émission "Paroles d’honneur", la première voix (...)


Déclaration de Georges Abdallah  à l’occasion de la Journée du prisonnier palestinien à Paris – 17 avril 2017

Publié le : 21 avril 2017

Cher« e »s Camarades, Cher« e »s ami« e »s,
Il y a juste un mois, de nombreuses activités dans différents pays ont été organisées afin de célébrer la « Journée Internationale du Prisonnier Révolutionnaire ». Aujourd’hui, nous voici rassemblé-e-s de nouveau, aussi dans différents pays, afin de célébrer la « Journée du Prisonnier Palestinien » et exprimer notre indéfectible solidarité avec les Résistant« e »s embastillé« e »s dans les geôles sionistes, soutenir de toutes nos forces leurs justes revendications, et (...)


Rassemblement à la mémoire d’Angelo Garand le 22 avril 2017 à Blois

Publié le : 21 avril 2017

La voix des Rroms appelle tous ceux qui le peuvent à rejoindre la famille d’Angelo Garand lors de ce rassemblement Samedi à Blois, et à soutenir financièrement la constitution de partie civile afin que la lumière soit faite sur la mort d’Angelo
"Le 30 mars, Angelo Garand a été exécuté par les gendarmes à Seur, dans le Loir-et-Cher. Les membres de la famille, traités comme des criminels, ont été mis en joue et brutalisés, en présence d’un enfant de trois ans.
Venus pour l’interpeller, les hommes du GIGN (...)


BARCELONE : UN PAS DE PLUS VERS UNE « ZONE LIBRE D’APARTHEID » !

Publié le : 21 avril 2017

HISTORIQUE !
Transmis par BDS Catalunya
Barcelone, 19 avril 2017
LE CONSEIL MUNICIPAL DE BARCELONE  a voté aujourd’hui en session plénière une déclaration officielle qui favorise l’inclusion dans les contrats signés notamment avec des entreprises liées à l’occupation israélienne en Palestine, de clauses assurant le respect des droits des êtres humains.
« La reconnaissance par la municipalité de Barcelone du droit à défendre les droits des Palestiniens par des actions non violentes de BDS n’est pas (...)


"L’anthropocène contre l’histoire" de Andreas Malm

Publié le : 21 avril 2017

Andreas Malm
Sortie le 14 avril 2017  L’anthropocène contre l’histoire
Du delta du Nil aux cercles polaires, le constat est effrayant : la Terre se réchauffe dans des proportions qui nous mènent aujourd’hui au seuil de la catastrophe. Le concept d’Anthropocène, s’il a le mérite de nommer le problème, peine à identifier les coupables et s’empêtre dans le récit millénaire d’une humanité pyromane.
Or si l’on veut comprendre le réchauffement climatique, ce ne sont pas les archives de « l’espèce humaine » (...)


Plus de 1.000 Palestiniens détenus par Israël en grève de la faim à l’appel de Marwan Barghouti

Publié le : 21 avril 2017

LORENZO CLÉMENT AVEC AFP LUNDI, 17 AVRIL, 2017 HUMANITE.FR   Plus d’un millier de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes ont entamé lundi une grève de la faim collective, un mouvement de protestation inédit depuis des années lancé par Marwan Barghouthi, le député palestinien condamné à la perpétuité.
Cette grève de la faim vise à "mettre fin aux abus" de l’administration pénitentiaire, a indiqué Marwan Barghouthi, figure de la résistance palestinienne à l’occupation israélienne, dans une tribune (...)


17 avril : Journée internationale de solidarité avec les prisonniers palestiniens

Publié le : 19 avril 2017

Par la Campagne française pour la libération de M. Barghouthi et de tous les prisonniers palestiniens.
A ce jour près de 7000 Palestinien-ne-s sont détenu-e-s par les autorités israéliennes. Ce qui, comparé à la population française, équivaudrait à près de 94 000 prisonniers. Parmi eux des enfants (près de 400), des malades (plus de 1500), des députés (13 à ce jour)...détenus en Israël en violation de la 4ème Convention de Genève .
Après des arrestations violentes, souvent de nuit, et (...)


À Montreuil, le 26 avril 2017, rencontre-débat sur le thème  "Deux États, Une Patrie"

Publié le : 19 avril 2017

Le MAN-IDF sous invite à une rencontre-débat avec DEUX ARTISANS DE PAIX PALESTINIEN ET ISRAÉLIEN du mouvement citoyen, sur le thème : Deux États, Une Patrie/ Two States One Homeland.
Mohammed Al Beiruti et Eran Tzidkiyahu, deux militants palestinien et israélien du mouvement citoyen Deux États, Une Patrie/ Two States One Homeland (TSOH ). Ils exposeront ensemble les principes et la vision de cette initiative née de l’impasse politique actuelle.
TSOH propose une union entre deux États indépendants (...)


Tous unis contre les musulmans : Israël flirte avec l’extrême droite européenne

Publié le : 19 avril 2017

par Meron Rapoport. Publié dans Middle East Eye, le 14 avril 2017.
Les Israéliens n’ont certes pas d’affection particulière envers Marine Le Pen ou Geert Wilders, mais à leurs yeux, toute poussée des forces antimusulmanes en Europe est bon signe.
L’attentat de vendredi à Stockholm, où quatre personnes ont perdu la vie dans ce que la police suédoise a décrit comme un acte de terrorisme par un militant du groupe État islamique (EI), n’a pas été beaucoup couvert dans la presse israélienne – peut-être (...)


QUE SIGNIFIE POUR NOUS « VIVRE ENSEMBLE » ?

Publié le : 19 avril 2017

Le mouvement pour une alternative non-violente d’Ile de France vous invite à sa prochaine soirée thématique :
QUE SIGNIFIE POUR NOUS « VIVRE ENSEMBLE » ?
ATD a mis au point un outil, La Rivière du Doute, pour explorer nos propres représentations et celles des autres. Cette animation nous surprend et nous révèle que nous ne sommes pas figé.e.s dans nos idées, qu’à travers accords et désaccords, la parole de l’autre peut modifier notre avis et surtout que nous avons parfois davantage en commun que nous ne (...)


Le conseil municipal de Quetigny a adopté un voeu pour la suspension de l’accord d’association

Publié le : 19 avril 2017

Le Conseil municipal de Quetigny (Côte d’or) a adopté (24 votes pour, 4 contre, 1 abstention) un vœu proposé par Pierre ABECASSIS membre du Groupe de la Gauche alternative, soutenu par Kheira BOUZIANE-LAROUSSI, députée de la Côte d’Or, conseillère municipale de Quetigny.
Vœu présenté par Pierre ABECASSIS (Gauche Alternative de QUETIGNY) en faveur du soutien à l’appel pour la suspension de l’accord d’Association Union Européenne-Israël.   Depuis l’occupation de la Cisjordanie et de Gaza et l’annexion de (...)


Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël — par Marwan Barghouti

Publié le : 19 avril 2017

Traduction d’une tribune parue dans le New York Times
« Nous devons faire de Marwan Barghouti le Mandela d’aujourd’hui », lança Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières. La comparaison n’est pas rare et les voix abondent, de par le monde, pour exiger la libération du leader palestinien qui, derrière les barreaux, ambitionne pourtant de briguer un jour la présidence. Condamné à perpétuité pour « terrorisme » et emprisonné depuis plus d’une décennie, Barghouti, né en 1959, fut dirigeant de (...)


M. Hollande, levez l’état d’urgence avant de partir

Publié le : 19 avril 2017

Tribune parue sur le site du journal Libération le 17 avril 2017
Des responsables associatifs et des universitaires interpellent le président de la République : qu’il abroge, avant l’élection présidentielle à l’issue incertaine, l’état d’urgence en vigueur depuis le 14 novembre 2015 et prolongé jusqu’au 15 juillet 2017.
Monsieur le Président,
A la veille d’échéances électorales dont l’issue est extrêmement incertaine, nous vous écrivons cette lettre ouverte, animés par nos convictions en faveur de l’Etat de (...)


Quand Goldnadel s’en prend au mouvement antiraciste et propage mensonges et falsifications

Publié le : 17 avril 2017

Les faits
Une manifestation anti FN est appelée le dimanche 16 avril à Aubervilliers, par Solidaires, le NPA, Action antifasciste Paris-banlieue et des collectifs de sans-papiers. L’UJFP appelait aussi à cette manifestation dans laquelle se trouvaient des militants juifs antiracistes.
Ils protestent contre la venue de la candidate Front national au Zénith de La Villette, lundi soir.
Le cortège de 400 personnes selon l’AFP se rend ensuite à la mairie du XIXe arrondissement, en passant non loin du (...)


Réponse d’Arts et Vie aux courriers de Michèle Sibony et André Rosevègue

Publié le : 17 avril 2017

Les courriers adressés à Arts et Vie et au le club des retraités de la MGEN 75 par Michèle Sibony, André Rosevègue, plusieurs lectrices et lecteurs choqués ainsi que l’AURDIP  ont porté leurs fruits. Confère ci dessous  les réponses reçues et les modifications apportées à la présentation du voyage. Cartes modifiées appellations rectifiées . .. dont acte.
(Voir notamment les lettres de Michèle Sibony et d’André Rosevègue sur le site de l’UJFP)
Madame,   C’est avec attention que nous avons pris connaissance (...)


Paris – journée internationale de solidarité avec les prisonniers palestiniens 17 avril 2017

Publié le : 17 avril 2017

C’est en 1975 que cette date a été retenue par le Front Populaire de Libération de la Palestine, et relayée depuis par de nombreux mouvements internationaux pour l’instauration d’une journée internationale de solidarité avec tous les militants emprisonnés en raison de leur engagement, qu’il soit anticolonialiste, anticapitaliste, anti-impérialiste, etc. Les objectifs de cette journée sont de lutter contre l’oubli, transmettre la mémoire des combats et rappeler les revendications de nos camarades (...)


À Carhaix, le 13 mai : « L’apartheid israélien, et dans Gaza en cage, la résistance de la population » avec Pierre Stambul et Sarah Katz

Publié le : 16 avril 2017

Dans le cadre du 3ème Printemps pour la Palestine de Centre-Bretagne
Samedi 13 mai - 18 h 30
Salle de la CCI, rue Jean Monnet - Carhaix
Pierre Stambul et Sarah Katz,
membres de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix),
de retour de Gaza.
« L’apartheid israélien, et dans Gaza
en cage, la résistance de la population »


Prochains évènements

Le dimanche 23 avril 2017 de 18h30 à 23h00 À Paris (10ème) : soirée présidentielle à La Colonie  « QG de campagne décolonial » Espace « La Colonie » 128 Rue la Fayette Métro Gare-du-Nord ou Poissonnière

Le lundi 24 avril 2017 à 20h00 À Namur (Belgique), conférence-débat, sur le thème : Pour ne pas oublier le peuple palestinien Amphi L22 de  l’Université de Namur Rue de Bruxelles 61 5000 Namur,  Belgique

Le mardi 25 avril 2017 à 18h30 À Bruxelles, conférence : "le sionisme en questions" 154 rue des Palais 1030 Schaerbeek Belgique

Le mercredi 26 avril 2017 à 11h00 À Liège (Belgique), conférence de presse de Pierre Stambul et Sarah Katz, retour de Gaza . Maison de la Presse et de la Communication Rue Haute Sauvenière 19, 4000 Liège

Le mercredi 26 avril 2017 à 16h30 À Liège (Belgique), Pierre Stambul et Sarah Katz à la radio RCF radio RCF Liège 93.8 MHz, FM rue des Prémontrés, 40 Liège.

Le mercredi 26 avril 2017 de 18h30 à 20h30 À Paris (5ėme) : présentation du livre de Jean Stern "Mirage gay à Tel Aviv" iReMMO 7 Rue des Carmes, 75005 Paris

Le mercredi 26 avril 2017 à 19h00 À Liège (Belgique), conférence débat "Stop à la violence" avec Pierre Stambul et Sarah Katz de retour de Gaza salle Culturel ANS ALLEUR Place des Anciens Combattants 1, 4432 ALLEUR

Le mercredi 26 avril 2017 de 19h30 à 21h30 À Montreuil (93), rencontre-débat  sur le thème "Deux États, Une Patrie" au Mundo-M 47 avenue Pasteur 93100 Montreuil métro Mairie de Montreuil (Ligne 9), (...)

Le vendredi 28 avril 2017 à 19h30 À Erquery (60), réunion-débat sur le thème de la Palestine. rue Pasteur 60600 Erquery


Du vendredi 2 juin 2017 au dimanche 11 juin 2017   À Paris, Saint-Denis et Aubervilliers : 3ème édition du Festival Ciné-Palestine (FCP) Paris, Saint-Denis, Auberviliiers

Posté par ALLIENORD à 16:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

VENEZUELA INFOS :

L’addition

 

« Dépêché à Caracas pour cause de campagne présidentielle en France ? » s’écria le vieux Petkoff, amusé du paradoxe qui ramenait son vieil ami « le doctor Paulo » sous les lambris viscontiens du Four Seasons. Le cinéphile devenu journaliste s’efforça de rire, fermant un œil complice pour l’abrazo. Au fond de lui-même il était d’une humeur massacrante. Certes, la laptop posée sur le couvre-lit moiré l’avait rasséréné. Paris publiait in extenso son article sur les morts au Venezuela et sur la marche de la droite jusqu’à la Conférence épiscopale, la « marche du silence en mémoire des tombés », un titre qui serait aussitôt copié/collé à l’infini sur une myriade de sites et de tweets. Et le président de Voluntad Popular lui avait répété que des médias comme le sien revêtait un rôle muy, muy importante, si si hermano, dans l’offensive finale contre le « régime ».

Mais au-delà des abrazos effusifs, Paulo Paranagua le sentait, quelque chose n’allait pas. Au déjeuner il avait failli prétexter un appel urgent tant l’irritaient les litanies de Maria Candela, coprésidente de l’ONG des droits humains Libertad Segura. « Chaque matin je me réveille avec le même pays que la veille et un terrain de golf qui brûle mais Maduro est toujours là il voudrait démissionner mais ce sont les autres chavistes qui ne le laissent pas faire et je ne comprends pas puisque les sous-marins nord-américains sont partis il y a deux jours de Panama pourquoi rien ne bouge nous n’avons personne de sérieux dans nos rangs et figurez-vous qu’hier des jeunes d’un barrage ont stoppé ma voiture et m’ont obligée à baisser la fenêtre j’ai dû leur montrer mon masque d’anonymous je leur ai dit moi aussi je viens d’Altamira moi aussi je travaille, on est du même bord vous savez ? j’ai dû leur filer une bouteille de rhum pour qu’il me laissent passer… ces malandros (voyous)». Le soir il interrogea des amis de Primero Justicia sur ces militants d’extrême droite qui agressaient jusqu’aux médias amis comme Globovision, Venevision ou Televen (1), mais la réponse l’avait frustré : « unos loquitos » (des fous).

Le 19 avril, alors que tous lui promettaient la fin du régime avec le même fébrilité que l’an passé à Marie Delcas volant pour l’occasion de Bogota à Caracas, le froid nocturne de l’échec avait dégrisé les militants qui avaient inondé Twitter de leur rage contre le président de l’Assemblée Nationale – revenu très souriant de Washington. « Alors Julio, ta promesse de faire tomber Maduro, tu l’as oubliée ?». Même la pluie avait trahi en faveur des chavistes en éteignant un à un les incendies allumés dans les villes principales du pays. Des dirigeants de la droite lui avaient avoué – off the record Paulo, off the record ! – leur lassitude face à une extrême droite qui jouait en solitaire, les remplaçait dans les réunions à l’ « ambassade » et qui le 20 avril, avait payé la pègre d’El Valle pour mettre à sac des commerces. L’affaire avait mal tourné, avec onze personnes électrocutées en pillant une boulangerie. Mais « le doctor Paulo » avait promis de s’en tenir a la règle établie : tout mort est un mort du régime. Et nul besoin de s’étendre sur l’assaut nocturne, mené trois heures durant, contre une maternité de Caracas. A ces heures aucun taxi ne se serait risqué à sortir de l’Est cossu de la capitale pour qu’il aille interviewer les mères des barrios évacuées de justesse, leurs bébés dans les bras (2). Quant à la critique de l’UNICEF sur ceux qui détruisaient des centres de santé et des écoles (3), elle restait trop générale pour qu’à l’extérieur on en saisisse la couleur.

Ce soir il se sentait fatigué. Comment expliquer à Petkoff qui le relançait sur son répondeur, qu’une interview de lui dans le Monde l’obligerait a démentir un article antérieur où il annonçait la fermeture par « le régime » de son journal, le dernier titre indépendant du Venezuela ? Alors que chaque matin une édition toute fraîche de Tal Cual le narguait au kiosque du bar ?

Avant de se coucher il écouta encore à la télévision le dirigeant de la droite Henry Ramos Allup déclarer que la marche en l’honneur des morts valait aussi pour les « víctimas potenciales y eventuales » des jours prochains (4). Il avait fait ses calculs. En comptabilisant tous ces morts on arrivait au chiffre de vingt et dès lundi, les violences reprendraient. Tenir, tenir jusqu’au dimanche soir murmura-t-il en français en glissant un pourboire dans la main du serveur à la bouteille de Westland qui feignait de relire l’addition.

Thierry Deronne, Venezuela, avril 2017

 

Notes

  1. albaciudad.org/2017/04/opositores-agreden-a-periodistas-de-medios-privados-globovision-televen-y-venevision-videos
  2. http://misionverdad.com/la-guerra-en-Venezuela/ataque-a-hospital-materno-hugo-chavez-es-un-crimen-de-guerra
  3. albaciudad.org/2017/04/unicef-llama-a-venezolanos-respetar-escuelas-y-centros-de-salud-y-proteger-a-los-ninos
  4. http://albaciudad.org/2017/04/ramos-allup-predice-victimas-potenciales-y-eventuales-que-seguramente-habra-en-los-proximos-dias-video/

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2yA

Posté par ALLIENORD à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]