Paroles, paroles, paroles…


Courageuse, mais pas téméraire, l’UE peine à matérialiser sa promesse de contourner les sanctions contre l’Iran


Par Tsvetana Paraskova – Le 29 octobre 2018 – Source Oil price

Tsvetana ParaskovaBien que l’Union européenne (UE) ait promis de créer un mécanisme de paiement spécial pour continuer les échanges avec l’Iran après les sanctions américaines contre Téhéran qui entrent en vigueur la semaine prochaine, le bloc se débat pour la mise en place d’un tel mécanisme car aucun membre de l’UE n’est prêt à accueillir le projet par peur de provoquer la colère des États-Unis, a rapporté dimanche le Financial Times,citant des diplomates de l’UE.

 

Le mois dernier, l’UE a déclaré que les ministres des Affaires étrangères chinois, français, allemand, russe et britannique – les pays toujours parties prenantes de l’accord nucléaire iranien – ont rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères et ont décidé de créer un mécanisme spécial pour les relations avec l’Iran. Après la réunion, Federica Mogherini, haute-représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, a déclaré qu’avec le mécanisme envisagé, « cela signifiera concrètement que les États membres de l’UE créeront une entité juridique pour faciliter les transactions financières légitimes avec l’Iran qui permettra aux entreprises européennes de continuer à commercer avec l’Iran, conformément au droit de l’Union européenne, et pourrait être ouvert à d’autres partenaires dans le monde. »

Mais l’UE a rencontré plusieurs obstacles dans la mise en place d’un mécanisme de paiement avec l’Iran, notamment le fait qu’aucun pays de l’Union européenne ne souhaite accueillir le mécanisme de titrisation.

« Aucun gouvernement de l’UE ne veut se mettre à dos les États-Unis avec le SPV », a déclaré un responsable au Financial Times après des réunions au sein de la Commission européenne.

« Les États-Unis seront ‘agressifs et inébranlables’ dans l’application des sanctions contre l’Iran et ne laisseront pas l’Union européenne, ni qui que ce soit, éluder ces sanctions », a déclaré le conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton, après que l’UE eut annoncé son intention de créer un tel mécanisme.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a également critiqué le plan de l’UE visant à poursuivre les transactions avec l’Iran, le décrivant comme « l’une des mesures les plus contre-productives que l’on puisse imaginer pour la paix et la sécurité régionales globales ».

« Le mécanisme de paiement UE-Iran devrait être légalement en place d’ici le 4 novembre, lorsque les sanctions américaines sur l’Iran reviendront », ont déclaré trois diplomates de l’UE à Reuters la semaine dernière, ajoutant que le mécanisme de paiement ne serait opérationnel que début 2019.

Néanmoins, les plus grandes entreprises européennes – pas seulement du pétrole et du gaz, mais aussi d’autres industries – ne prennent aucun risque et se retirent de l’Iran en raison des sanctions imposées par les États-Unis.

Tsvetana Paraskova

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone